Et si la solution réelle et permanente serait de s’aimer?

IMG-20190528-WA0387.jpg

Aujourd’hui c’est le 31 è jour du mois de la santé mentale. J’en profite pour faire cette nouvelle publication. Je pensais pouvoir parler de la dépression aujourd’hui. Mais je ne pense pas pouvoir être capable de le faire. Car ma publication risque d’être très longue. Chose que j’évite de ne pas faire afin de ne pas ennuyer mes lecteurs.  La dépression est l’un des troubles mentaux les plus diagnostiqués. Elle est définie par l’OMS comme étant « un trouble mental se caractérisant par une tristesse, une perte d’intérêt ou de plaisir, des sentiments de culpabilité ou de dévalorisation de soi, un sommeil ou un appétit perturbé, une certaine fatigue et des problèmes de concentration. » C’est l’une de principales causes de la baisse de productivité dans le monde professionel. Il peut aussi arrivé qu’elle puisse conduire au suicide dans le cas où elle n’est pas prise en charge adéquatement. La dépression peut toucher n’importe quelle personne, à tous les âges et elle sourvient deux fois plus souvent chez la femme que chez l’homme. Selon l’OMS, trois cents millions de personnes sont confrontées à ce problème dans le monde. C’est pourquoi, il est difficile pour moi de parler de la santé mentale sans pour autant aborder le sujet de la dépression ainsi que du suicide.

IMG-20190528-WA0377.jpg

Certaines personnes diront que le suicide ne concernce pas nos sociétés africaines.  Je viens de terminer de lire un roman titré « Le monde s’effrondre », « Tout s’effondre » ou « Things falling apart » en anglais. C’est un roman qui avait été publié en 1958 par l’auteur nigérian Chinua Achebe. Il parle de l’histoire d’un homme nommé Okonkwo. Ce dernier avait résisté à la dépréciation de la culture Igbo par les britanniques. A la fin de cette histoire, Okonkwo avait mis fin à sa vie suite à son impuissance et au désespoir. Le fait que Chinua Achebe avait mentionné le suicide dans cette histoire qui s’était passée au 19è siècle prouve que c’est une réalité qui a toujours existé dans nos sociétés africaines. Je vous recommanderai aussi de suivre ce reportage de BBC sur la hausse du taux de suicide dans la région de Nyandura au Kenya.

 

IMG-20190528-WA0386

C’était le 24 Mai, il y a tout juste une semaine. Il était presque 14h 30. Je venais de me réveiller et de terminer ma rituelle de gratitude que je fais plus ou moins chaque matin. Je prends ensuite mon télephone comme nous le faisons tous après s’être réveillé. Et puis je vais sur whatsapp. La première chose sur laquelle je tombe c’est une photo d’une très belle dame qui a un très beau sourire et a l’air de vivre pleinement sa vie. Les images qui avaient suivi étaient des captures d’écran. Il s’agissait apparemment d’une suite de conversations entre cette dame que je vais nommée Nehema et de son ex petit ami. Il se pourrai qu’ils avaient eu un malentendu qui avait résulté à leur rupture. Dans ces conversations, Nehema essayait à tout prix de regagner le coeur et la confiance de son amoureux. Mais ce dernier ne voulait pas céder à ses supplications. Après avoir essayé plusieurs tentatives d’excuse possible, le garçon demeurait catégorique à sa décision. Il lui avait dit qu’il était dejà passé à autre chose. Il lui recommandait de faire pareil. Nehema s’était alors mise à insinuer qu’elle allait mettre fin à ses jours. Elle lui avait envoyé des photos sur lesquelles elle tenait un couteau et deux boîtes de médicament. Je crois que c’est à ce moment que ce garçon devrait se rendre compte que Nehema n’allait pas bien, que sa vie était en danger et qu’elle avait besoin d’une aide professionelle. Il fallait qu’il reporte cet incident à un personnel de la santé mental ainsi qu’à sa famille. Afin que Nehema soit prise en charge. Mais il s’était sûrement dit qu’elle faisait tout ça pour attirer son attention. Je suis sûre que la plus part d’entre vous qui me lisez maintenant pensent à la même chose. Selon les statistiques sur les personnes qui meurent par suicide. La plupart le font après avoir lancé beaucoup d’appels à l’aide, d’avoir menacé de le faire et/ou d’avoir tenté de le faire. Mais le monde autour d’eux ignore toujours ces signaux d’alerte.

PhotoGrid_1559256612718.jpg

Sur la dernière photo de Nehema que j’avais vue ce jour là, elle était strangulée et suspendue sur le toit d’une maison. Je ne la connaissais pas personnellement. Mais en voyant cette image, mon coeur était rempli de tristesse. Personne n’a le droit de mourir de cette façon là! J’avais les larmes aux yeux.  Je m’imaginais que si son ex petit ami avait parlé à quelqu’un d’informé et lui avait montré ces messages, elle ne pourrait peut-être pas en arriver là. Peut-être qu’elle allait être référée à un personnel de la santé mentale et être prise en charge. Peut-être qu’elle serait là aujourd’hui entrain de réapprendre à vivre sainement

Pour moi, raconter l’histoire de Nehema est une façon de lui rendre hommage et d’essayer d’ouvrir un dialogue sur ce sujet qui est encore considéré comme un tabou au sein de nos communautés. Je m’imagine combien de personnes sont entrain de dire du mal d’elle en ce moment. Tout en oubliant qu’il nous est dejà tous arrivé d’être dans une situation semblable à celle qu’elle était entrain de vivre et de penser au suicide. Peut-être que nous avons été chanceux d’être rappelés par les gens qui nous entourrent combien ils nous aimaient, combien nous étions spéciales à leurs yeux et combien ils comptaient sur nous. Nous avions peut-être été rappelés combien notre présence sur Terre était précieuse. Peut-être que nous avons juste pu trouver un moyen adéquat de surmonter cette dure épreuve de notre vie. Il m’est arrivé plusieurs fois de vouloir ma propre mort comme une solution à mes problèmes quand j’étais adolescente. Ce qui m’empêchait de tenter de me suicider c’est le fait de penser à la vie après ma mort. Comme j’avais grandi dans une foi chrétienne et dans une communauté qui valorise la vie.

Screenshot_20190531-180432.jpg

Je pense que je vais me limiter par ici. Je compte aborder le sujet de la dépression dans ma prochaine publication.

Que l’âme de Nehema repose en paix et que Dieu puisse l’accueillir dans son royaume. Nehema était probablement une soeur, une cousine, une tante, une nièce, une amie que les gens autour d’elle ne voulaient pas perdre. C’était une fille qui avait sûrement plein de rêves qui ne deviendront plus une réalité.  Nous avons tous la responsabilité de prendre soin de gens qui nous entourent et de les accompagner sur ce mystérieux parcours appelé la vie. Nous avons tous besoin d’amour afin d’être fortifié et d’être capable de surmonter les difficultés auxquelles nous faisons face tous les jours. Si vous voulez savoir comment venir en aide à un proche qui est entrain d’insinuer un suicide ou à un proche qui est tout simplement entrain de passer des moments durs de sa vie. Veillez lire l’article que j’avais écrit sur le suicide.

Je continue à croire que la solution réelle et permanente à ce problème serait l’amour. Nous devons apprendre à temoigner de l’amour non seulement à notre propre personne mais aussi aux gens qui nous entourrent.  Car aimer c’est trouver aggréable, apprécier, montrer son soutien, trouver et procurer du plaisir, soigner, se soucier de, entretenir,… Et un corps, une âme et un esprit aimés se sentent comblés et valorisés.

Sarah.N❤

Uncategorized

Sarah Namegabe View All →

Sarah Namegabe est une psychologue clinicienne de formation. Actuellement entrain de poursuivre sa maîtrise en Psychologie de Counseling. Elle se définie comme étant une avocate de la santé mentale. Elle est une passionnée de la santé mentale. C'est l'une des raisons pour lesquelles elle a crée AKILI HEALTHCARE. Son objectif principal est de répandre les plus d'informations possibles sur l'importance de prendre soins de notre santé mentale.
Son deuxième but est de raconter les histoires des personnes vivant avec les troubles mentaux d'une manière digne afin de leur donner une voix dans la société et de supprimer les stéréotypes ainsi que préjugés existant autour de leurs diagnostiques psychologiques afin de leur permettre de méner une vie agréable et épanouissante.
Son intérêt pour la psychologie et sa première expérience en tant que psychologue datent d'il y a environ quatre ans. De lors, elle est tombée amoureuse de cette profession. C'est ce qui l'a poussé à créer ce forum.😊
Ça sonne un peu bizarre de parler de soi à la troisième personne. ☺J'espère que vous allez passer du bon temps en ma compagnie.

Soyez tous bénis et veillez toujours vous souvenir que l'hygiène de votre mentale est aussi importante que celle de votre physique. Prenez-en soin!

Sarah.N❤

2 commentaires Laisser un commentaire

  1. L’amour est même l’essence de la vie. Sans l’amour nous n’existerions pas, nous ne pardonnerions pas , nous ne vivrions carrément pas …
    Tachons d’être toujours présent pour les autres et ça fait du bien d’aider , d’écouter l’autre de trouver une solution à son problème etc.
    Merci Sarah pour ce partage…personnellement j’aime aussi être la pour les autres et te soutien dans cette lutte car sans l’amour nous ne sommes rien .

    J'aime

    • Tu as parfaitement raison, l’amour est l’essence de la vie. Et sans l’amour, nous ne vivrions pas. C’est imprtant d’être présent pour les autres et de demander aussi l’aide des autres quand on en a besoin. Merci d’avoir lu l’article et d’y avoir laissé un commentaire. Je t’en prie.😘

      J'aime

Répondre à Sarah Namegabe Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :