Une feminité positive: Promouvoir une menstruation saine

images (15).jpeg

Menstruation, oui, vous avez bien lu « menstruation ».
Je suis sûre que nombreux parmis vous se demandent: « Mais pourquoi menstruation? Elle n’avait pas pu trouver un autre sujet important à aborder au lieu de nous parler des règles? »
Biensur que oui, ceci est le sujet que j’ai jugé le plus important à aborder aujourd’hui et pendant ce mois d’Octobre dans lequel nous célébrons la journée de la jeune fille.

20181020_141307.jpg

Les règles sont une autre réalité dont personne ne veut parler. Un sujet que la société considère comme tabou. Tout le monde veut pretendre que les règles n’existent pas pendant que beaucoup de femmes souffrent silencieusement de ce phénomène qui devrait être un moment de célébration de leur féminité et de l’humanité en général. Personne d’entre nous ne serait présente sur cette terre sans l’existance des règles. Et elles font partie des élements qui concourent à la continuité ainsi que la perpétuation de la population humaine.

Je n’ai pas de statistiques précises concernant la RDC. Mais d’après l’ONG « Plan international », en Afrique, une fille sur dix s’absente de ses cours pendant la période de ses règles. Au Kenya, en moyenne une jeune fille s’absente aux cours 4.9 jours de chaque mois de son cycle. Ceci est allarmant!!! Le manque de seviettes hygiéniques causent beaucoup de frustrations chez les jeunes filles en Afrique et dans beaucoup d’autres régions du monde. Peut-être qu’on devrait songer à commencer à offrir des bandes hygièniques aux gens qui se trouvent dans le besoin dans la société de la même façon qu’on offre la nouriture aux nécessiteux. Une serviette hygiènique peut rendre la vie de ces femmes beaucoup plus facile et leur redonner la joie ainsi que leur dignité. On devrait en même temps aussi apprendre à les éduquer et éduquer la communauté concernant les menstruations. Car ils existent beaucoup des idées récues autour des règles.
Je suis aussi sûre que beaucoup de gens ne savent même pas ce qui se passe pour qu’une femme ait ses règles.

Chaque mois à partir de la puberté, l’utérus se prépare à accueillir un œuf qui résulterait de la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde. Suite à cela, le corps de la femme prépare un « nid douillet » en fabriquant davantage de muqueuse utérine.

Au cas où la rencontre ne s’est pas produite, il évacue ces matières qui n’ont pas pu servir à quelque chose. C’est ce qui fait à ce qu’il ait un saignement vaginal qui dure en moyenne 3 à 7 jours dépendamment d’une femme à une autre. Ce sont les règles.

Ce cycle se répète chaque mois tant qu’il n’y a pas de grossesse. Les règles sont en fait un ensemble des nouritures et produits essentiels qui préparent la venue d’un bébé. C’est comme un « baby shower » que l’utérus organise pour un bébé.

Depuis que j’ai commencé mon blog, je recois de plus en plus des messages de jeunes demoiselles qui me posent différentes questions sur leurs cycles mensuelles en général et sur leurs règles en particulier. Je suis entrain de me rendre compte jusqu’à quel point cette éducation contient beaucoup de lacunes.

L’une de ces démoiselles m’a récemment demandé si elle pouvait dire à son amie(elle avait précisé « fille ») quand elle avait ses règles et si elle pouvait engager une conversation avec elle sur ce sujet. Je lui ai repondu: « – Bien-sûr que OUI. Les règles font parties de toi et de ta feminité. Tu devrais en être fière. »

D’ailleurs, pourquoi on nous prepare dès le bas âge à avoir honte de tout ce qui forme notre féminité ?
Je ne comprend toujours pas ce phénomène. Quand tes seins commencent à pousser, tu es sensée les cacher. Certaines d’entre nous finissent avec des dos courbés suite à ceci. Tel est mon cas !
Quand tu as enfin tes règles, tu es sensée fournir multiples efforts pourque personne ne le sâche. Tu es sensée baisser la voix quand tu parles de tes règles. Tu as du mal à aller achéter une bande hygiènique car tu ne veux pas prononcer le mot « bande hygiènique » chez le boutiquier car tu as honte qu’il sache que tu es en règle. Tu n’as même pas le droit de prononcer le mot « règles ». Tu es supposée parler des « visiteurs », des « tantes » « shanga », « Bishida »: les problèmes. Un autre mot que je n’aime même pas prononcer c’est « Bishenzi ». Je ne suis pas sure de pouvoir trouver un mot qui le traduit convenablement en français. Tout ce que je peux dire est que c’est en quelque sorte une injure que les femmes de chez moi utilisent pour signifier les règles. Peut-être que je pourrai l’associer au mot « indisposition ». Nous pensons créer une discretion en utilisant ces genres de mots mais ce que nous faisons ce n’est que créer une incommodité autour de ce sujet et de la féminité en général. Nous sommes pas conscients de l’impact négatif que ça crée.
Comment voulons-nous qu’une femme arrive à aimer son corps quand on lui apprend à utiliser des mots dénigrants pour parler des phénomènes biologiques très normaux qui s’y passent?

20181020_095512.jpg

Je pense que les règles c’est l’un des phénomènes les plus extraordinaires de ce monde. Je le répète encore : Aucun d’entre nous ne serait pas là si elles n’existaient pas. Alors ça serait quelque chose à célébrer et non pas à avoir honte comme la société nous l’impose.

Ça m’a pris beaucoup de temps pour étudier mon corps, le comprendre et apprendre à l’aimer. Avant, j’avais aussi honte de mes menstrues comme la plupart des femmes. Et je les détestais en même temps. Chaque fois que les jours de mes règles approchaient, je me sentais stressée et très en colère. Pas seulement à cause des hormones, qui amènent sûrement des sentiments dépressifs et un déconfort, mais plutôt parce que je ne voulais tout simplement pas les avoir. J’avais commencé à souhaiter de devenir ménauposée très tôt pendant ma période d’adolescence. Je ne peux que remercier Dieu car Il n’avait pas écouté cette prière.
Au fait, je voulais dire que je suis l’une de ces femmes qui saignent abondamment. Je l’avais compris en retard après avoir vécu plusieurs années des cauchemars du fait de « tâcher ». Toutes les femmes comprennent cette horreur…

20181026_185722.jpg

P.S: Les hommes, arrêtez de vous moquer d’une femme qui se trouve dans ce moment de gêne car ce n’est pas marrant!

Personne ne m’avait jamais dit qu’il existait des tampons conçus spécialement pour les femmes comme moi. Jusqu’au jour où l’une de mes soeurs m’avait fait découvrir l’existence de ces tampons super absorbants. Je lui serai toujours infiniment reconnaissante. Dieu merci car j’avais trouvé enfin une solution miraculeuse à ce problème! Avant que ça ne puisse arriver, chaque fois que j’étais en règles, j’étais tout le temps anxieuse. J’allais aux toilettes chaque trente minutes pour vérifier si ma bande hygiènique n’était pas encore pleine.
Il m’est arrivé une fois de « tâcher » devant mon beau frère. On était au restaurant ce jour là. Je m’étais lévée pour aller aux toilettes. Je l’avais découvert en arrivant là bas. J’avais eu la honte de ma vie. Je pense que je suis restée enfermée dans les toilettes pendant genre une vingtaine de minutes entrain de me demander s’il fallait vraiment que je retourne m’asseoir. En arrivant à notre table, il y avait un calme que je qualifierai d’un petit peu trop bizarre. Je n’avais pas su comment me comporter en ce moment là.

Je me rappelle aussi qu’à une certaine période de ma vie, j’étais obligée de m’absenter des cours presque chaque deuxième jour de mon cycle car mes règles coulaient amplement. Une situation que je n’arrivais pas à bien gérer. Ceci n’était qu’une certaine période de ma vie. Je n’ose pas m’imaginer la galère que subissent ces femmes qui passent leur vie dans ce stress constant.

Je viens de me rappeler d’une autre histoire révoltante concernant les règles pendant que je suis entrain de rédiger cet article. Une fois, ma voisine m’avait demandé de percer ses oreilles puis elle m’avait dit de le faire le jour où je ne serai pas « indisposée ». Car le fait de le faire étant dans cet état, ferait à ce qu’elle attrape une infection… Tout ceci est faux! Nous sommes tous au courant de ces fausses croyances véhiculées autour des menstrues et qui ne servent qu’à pousser les femmes à détester de plus en plus leur feminité. Ceci n’était qu’une parantèse.

20181005_165908.jpg

Sur la photo ci-dessus, apparaît que tu te décides d’utiliser une serviette en coton, une bande hygiènique, ou un tampon. J’aimerai souligner qu’il y aura toujours une conséquence négative derrière ces différents moyens de gestion des règles s’il t’arrive de mal les utiliser. Je crois que les modes d’utilisation de ces derniers devraient bien être expliqués aux femmes au lieu de les traumatiser avec toutes ces fausses histoires ainsi que ces idées récues qu’on leur raconte sur l’utilisation des tampons ainsi que les bandes hygièniques par exemple. Il faudra qu’on explique aux femmes par exemple qu’elles sont en sécurité aussi longtemps qu’elles arrivent à changer leurs tampons après quatre à six heures d’utilisation, leurs bandes hygièniques toutes les trois à quatre heures et en fonction de leur flux.

La derniére chose que je voulais aborder, c’est la prise des analgésiques ou antidouleurs pendant vos règles. Mes dames! Je vous le repète encore une fois, ça ne sert à rien de rester entrain de souffrir juste parce que telle personne qui n’a aucune notion de pharmacie vous a dit qu’il n’est pas conseillé de prendre un comprimé antidouleur pendant vos règles pour ne pas en devenir dépendante. Ce n’est pas comme ça que se développe une dépendance ! Prendre un comprimé antidouleur une à deux fois par mois ne fera pas de vous dépendante aux antidouleurs. Au cas où vous en avez peur, ce qui est bien-sûr normale, je vous conseillerais d’aller consulter votre gynécologue et de lui demander de vous donner conseil sur quel médicament prendre pour alléger votre douleur ainsi que votre souffrance. Vous ne pouvez être fonctionnelles lorsque vous subissez des douleurs insupportables. Ça ne sert à rien de vous faire souffrir et de rester crispée pendant deux à trois jours. Nul n’a droit à la souffrance. On a tous besoin d’un corps qui coopère avec nous. Ayez aussi l’habitude de prendre le temps de lire tout ce qui concerne le fonctionement de votre corps. Cela vous empêchera de croire à toutes ces idées récues qui véhiculent de bouche à oreille.

P.S: J’espère que vous avez passé du bon temps en nous lisant. Vous pouvez suivre le blog afin d’être au courant de la publication de nouvaux articles. N’oubliez pas de faire un tour sur le blog entier afin de lire les autres articles sur la santé mentale en général et sur l’auto prise en charge. Et au cas où vous voulez entrer en contact avec nous, vous pouvez trouver les détails de correspondance dans le menu « CONTACT ».

Soyez tous bénis et veillez toujours vous souvenir que l’hygiène de votre mentale est aussi importante que celle de votre physique. Prenez-en soin!

SarahN❤

Publicités

14 commentaires sur « Une feminité positive: Promouvoir une menstruation saine »

  1. Écoute, tu viens de tirer en plein dans le mil!
    Pourquoi avoir honte d’un phénomène naturel?
    Une autre chose, on nous parle pas trop souvent du flux et je suppose que c’est important que l’on commence à le faire. C’est tout à fait normal de saigner “plus que” son amie sachant que nous sommes différentes.
    Enfin, les anti douleurs: je suis sûre que ceux qui interdisent aux gens d’en prendre n’ont jamais eu des règles douloureuses ou des crampes tout simplement, parce que si c’était le cas ils sauraient très bine ce que ça fait…
    Bon je pars avant de me retrouver entrain d’écrire un article dans les commentaires 😘

    J'aime

    1. Beaucoup de femmes en souffrent dans le silence. En parler serait un pas pour régler ce problème. Tu as raison, ceux qui leur disent de ne pas en prendre ce sont des gens qui n’ont pas encore expérimenté ces crampes. 😄😄Merci pour ton commetaire.😘

      J'aime

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

      1. Afin je suis soulagée que la prise des calmants n’est pas déconseillée parce que je souffre énormément

        J'aime

  3. Je l’adore cet article,Grace à toi Sarah j’ai apris à aimer, à ne pas avoir honte d’en parler avec les amies,et à bien geré les douleurs(ls douleurs m’ont apris bcq da choses☺)!!Merci infiniment😘😘

    J'aime

    1. Salut Joelle! Je n’ai pas de groupe whatsapp mais je fais mes consultations individuelles sur whatsapp. Sinon, vous pouvez suivre le blog afin de pouvoir recevoir une notification lors de nouvelles publications. Et vous pouvez aussi avoir mes coordonnées dans le menu « contact » ou m’envoyer un message sur le blog au cas où vous voulez entrer en contact avec moi…

      J'aime

  4. Très instructif l’article …c’est un message à transmettre et partager surtout en Afrique et dans les milieux reculés de nos pays avec grande ampleur …
    Néanmoins pour renchérir l’article j’aimerai ajouter que l’usage de ces différents outils de protections sont à utiliser selon l’état physique de chacune; les filles vierges qui aimeraient utiliser le tampon je crois qu’il existe des tampons pour vierge ou si vous avez peur vous pouvez utiliser des bandes hygiéniques qui sont sans conséquences pour votre peau car il peut arriver aussi que vous soyez allergique à telle ou telle bande hygiénique suite à sa composition chimique . Il m’est arrivé d’avoir des allergies suite à une catégorie de bande hygiénique et comme Sarah l’a dit j’ai dû étudié mon corps pour savoir laquelle lui était approprié

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s