La santé mentale, une réalité qui nous concerne tous

FB_IMG_1526348110770Comme aujourd’hui c’est la journée mondiale de la santé mentale, je profite de cette occasion pour vous rappeler encore une fois que votre santé mentale est aussi importante que votre santé physique.
La santé mentale ne concerne pas seulement ceux qui sont internés dans des cliniques psychiatriques comme on a tendance à le croire. Elle nous concerne tous ! Chacun de nous peut souffrir des problèmes de santé mentale. C’est pour cela qu’il est important que nous apprenions  à prendre non seulement soin de nous-mêmes (confère l’article que j’avais publié sur l’autoprise en charge), mais aussi à prendre soin des gens qui nous entourent et à être là pour eux quand ils ont besoin de nous. Prendre soin de nos amis et de nos membres de famille signifie se donner le temps de les écouter sans le juger, leur rendre service, leur dire qu’on les aime et leur montrer combien ils comptent pour nous. Apprenons à être une bonne compagnie pour les autres avant de les exiger de l’être pour nous. On a tous besoin d’être mentalement en bonne forme pour être bien portant physiquement afin de mieux fonctionner sur le plan émotionnel, social et professionnel.

20180729_202523.jpg

Je profite en même temps de cette occasion pour partager avec vous une expérience que j’ai vécue hier après midi en me rendant aux cours. Il était 16h, il pleuvait abondamment, j’étais assise dans un Matatu (nom donné aux bus ou aux transports en commun  à Nairobi). Deux sièges me séparaient d’une jeune demoiselle âgée d’environ 15 à 17 ans que je vais appeler conventionnellement Safi. Elle avait l’air de traverser ce que je peux associer  à un épisode manique, qui est définie en psychologie comme un état d’excitation caractérisé par : une présentation « tout en dehors » avec une accélération de l’activité physique, des troubles d’expression, un flux des paroles ou un besoin irrésistible de parler, une volatilité, une tenue débraillée, souvent « à l’envers » ; une agitation psychomotrice et une activité de jeu ; une joie exagérée qui n’est pas compatible avec le climat dans lequel l’individu se trouve au moment présent, une exaltation de l’humeur, une hypersexualité ; des troubles de l’idéation avec une accélération du rythme des pensées, une fuite des idées, coqs à l’âne et une exaltation imaginative.
Si je n’étais assez pas informée sur ces symptômes, je pouvais facilement conclure que Safi était possédée par des démons. Elle était en train d’avoir une conversation qui semblait être très intéressante avec sa propre personne. Quand je l’entendais parler, avant que je ne tourne mon regard sur elle, je pensais qu’elle était en train de parler à quelqu’un au téléphone. Elle était en train de rire à haute voix et avait l’air de profiter à fond de cette conversation.
Mon attention s’est tournée vers elle quand le convoyeur s’est mis à  lui demander de payer son frais de transport. Sa réponse était qu’elle venait de l’université et qu’elle y avait oublié son sac. Le convoyeur ne pouvait certainement pas observer tous ces signes que je viens de décrire, car pour lui elle était une  »cliente normale aussi longtemps qu’elle paye. Le convoyeur haussa la voix sur elle et lui dit de descendre du bus. Safi lui avait proposé de prendre une revue qu’elle avait en main ou de prendre son numéro de téléphone au cas où il ne voulait pas la croire. Dieu est le seul à savoir si elle avait un téléphone ! Le convoyeur fut très catégorique et avait demandé au chauffeur d’arrêter le bus pour que Safi descende.
Je sais qu’il ne pouvait se mettre à transporter les gens gratuitement et je ne pouvais surement pas lui demande de le faire ! Ce que je demande est que nous fassions juste parfois preuve d’humanisme. Safi n’avait pas résisté à descendre du bus. Heureusement qu’une bonne samaritaine avait décidé de payer pour elle pendant qu’elle se dirigeait vers la porte de sortie.
Elle était revenue s’asseoir à la place qu’elle occupait et qu’elle pouvait tout de même reconnaitre. Elle remercia la dame puis elle adressa une prière à Jésus pour le remercier. Elle avait continué à avoir sa conversation initiale avec elle-même. Il était difficile pour moi d’arrêter de la regarder. J’ai observé sur elle de nombreuses cicatrices sur ses bras. Certaines d’entre elles étaient assez grandes et apparaissaient sous forme des lignes. Qui sait ? Peut-être qu’elle a l’habitude de s’injecter une certaine forme de drogue, qu’elle s’automutile ou qu’elle était attachée quelque part avec des cordes sur ses bras ? Celles-ci ne restent que des suppositions ! J’essayais juste de voir à quoi ces marques pouvaient être dues.
Elle portait aussi sa robe à  l’envers et avait de nombreuses cicatrices sur son visage mêmement. Ces dernières pouvaient résulter des coups ou de multiples accidents qu’elle pouvait  avoir subi, car ayant perdu l’équilibre en marchant. Je ne sais pas ! Dur de tirer une conclusion sans connaitre son histoire en entier.

Je m’étais sentie impuissante comme dans la plupart des cas. Le fait d’être une étrangère dans ce pays m’empêche d’intervenir dans de nombreuses situations, car je vis seule ici. J’ai peur de me retrouver dans des situations qui me seront ingérables par la suite. Je n’essaye pas de justifier ce que certains pourront surement qualifier de lâcheté, j’essaye juste d’être réaliste, de penser à mon bien-être ainsi qu’à  ma sécurité.
Je me suis imaginé si c’était un cas où une personne était en train de saigner. Une ambulance serait surement appelée et elle pourrait surement être transportée d’urgence à l’hôpital le plus proche et y être soignée. Mais comme il s’agissait d’un problème de santé mentale, presque personne ne s’est réellement soucié d’elle à part cette bonne samaritaine qui avait payé le transport pour elle. J’étais arrivé à destination (je me rendais à l’université) et j’étais descendu du bus. J’avais très mal, mais je ne pouvais rien y faire. Je ne pouvais pas me lever dans le bus et dire que j’étais psychologue comme le font les médecins pour intervenir en cas d’urgence, car je ne savais pas par où commencer. Pour être honnête, je n’ai pas su comment me rendre utile dans cette situation à part rassurer à la personne qui était assise à côté de moi que Safi était loin d’être un danger pour nous. Je lui ai dit qu’elle était malade et qu’elle avait besoin d’être prise en charge. Je lui ai aussi donné beaucoup plus d’informations sur les symptômes qu’elle présentait.

Ma prière est de vivre dans un monde où tout le monde sera informé sur la santé mentale et l’existence des troubles mentaux; un monde où nous aurons tous accès à une prise en charge psychologique adéquate. Les soins de santé sont quasi inexistants et coutent très cher en Afrique. Peut-être que les parents de Safi ne sont pas assez aisés pour payer ses soins ou peut-être aussi qu’ils ne sont pas non plus informés sur son cas.

P.S: J’espère que vous avez passé du bon temps en nous lisant. Vous pouvez suivre le blog afin d’être au courant de la publication de nouvaux articles. N’oubliez pas de faire un tour sur le blog entier afin de lire les autres articles sur la santé mentale en général et sur l’auto prise en charge. Au cas où vous voulez entrer en contact avec nous, vous pouvez trouver les détails de correspondance dans le menu « CONTACT ».

Soyez tous bénis et veillez toujours vous souvenir que l’hygiène de votre mentale est aussi importante que celle de votre physique. Prenez-en soin!

SarahN❤

Uncategorized

Sarah Namegabe View All →

Sarah Namegabe est une psychologue clinicienne de formation. Actuellement entrain de poursuivre sa maîtrise en Psychologie de Counseling. Elle se définie comme étant une avocate de la santé mentale. Elle est une passionnée de la santé mentale. C'est l'une des raisons pour lesquelles elle a crée AKILI HEALTHCARE. Son objectif principal est de répandre les plus d'informations possibles sur l'importance de prendre soins de notre santé mentale.
Son deuxième but est de raconter les histoires des personnes vivant avec les troubles mentaux d'une manière digne afin de leur donner une voix dans la société et de supprimer les stéréotypes ainsi que préjugés existant autour de leurs diagnostiques psychologiques afin de leur permettre de méner une vie agréable et épanouissante.
Son intérêt pour la psychologie et sa première expérience en tant que psychologue datent d'il y a environ quatre ans. De lors, elle est tombée amoureuse de cette profession. C'est ce qui l'a poussé à créer ce forum.😊
Ça sonne un peu bizarre de parler de soi à la troisième personne. ☺J'espère que vous allez passer du bon temps en ma compagnie.

Soyez tous bénis et veillez toujours vous souvenir que l'hygiène de votre mentale est aussi importante que celle de votre physique. Prenez-en soin!

Sarah.N❤

2 commentaires Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :